Devenir web-entrepreneur : 5 conseils efficaces pour réussir sur internet

Tout le monde peut devenir un web-entrepreneur, mais peu sont capable de réussir dans cette carrière. Le succès n’a jamais été une affaire de chance, pour réussir en tant qu’entrepreneur, il faut apprendre, et éviter les erreurs que les autres ont faites avant vous. Voici nos conseils pour réussir en tant qu’auto entrepreneur.

  • Investir davantage

La clé du succès financier n’est pas d « épargner plus, mais d’investir davantage. Vous devez optimiser votre principale source de revenus de manière à ce que vos revenus augmentent par eux même, sur le moyen et long terme. C’est simple,  la majeur partie de vos gains doit être investie pour améliorer votre source de revenue principale ou bien pour créer de nouveaux projets. Faites travailler l’argent pour vous, et vous n’en manquerez jamais.

  • Ne jamais cesser d’apprendre. 

La connaissance est la porte d’entrée pour vous différencier de la foule.  Apprenez continuellement et améliorer vos compétences afin que vous puissiez  vous adapter et avancer surement dans ce monde  en constante évolution. Internet est une mine d’or d’informations et de ressources .  Quelque soit votre domaine de prédilection,  la connaissance approfondie est votre meilleur allié pour éviter les erreurs et élargir le champ des opportunités.

Comme l’adage le dit bien, un grand expert est un eternel élève. Acquérir de nouvelles connaissances et être à jour en permanence est une exigence, quand on veut se démarquer de la foule.

  • Faites quelque chose que vous aimez, mais surtout faites quelque chose que les gens aiment aussi.

Faites quelque chose que d’autres personnes que vous aiment faire. Très peu de gens gagnent de l’argent à faire ce que personne ou peu de gens apprécient. Mais beaucoup de gens qui réussissent aiment ce qu’ils font parce que d’autres l’apprécient et le trouvent utile.

Faites de votre passion une source de revenue, mais à condition que ce soit bénefique pour tout le monde. Vous pouvez créer votre propre truc qui n’existe nulle part ailleurs, mais soyez prudent. Une étude complète et approfondie du marché et de votre client cible est indispensable avant de prendre ce risque.

  • Gardez vos finances simples. 

Réduisez le nombre de comptes bancaires et de cartes de crédit que vous avez. Consolidez vos comptes de courtage. Faites  en sorte que votre vie financière soit plus facile à gérer. Utilisez une application de finances personnelles  pour vous aider à suivre vos finances afin que vos dépenses restent toujours  au-dessous de vos revenus.

  • Déléguer les taches que les professionnels peuvent faire mieux que vous

Vous ne pouvez pas tout faire vous-même, et si vous le faites, il y’a de fortes chances que ce soit un échec. Déléguer les taches qui peuvent être faites  par un professionnel va vous faire gagner énormément de temps. De plus, l’expertise pour laquelle vous payerez va vous permettre d’avoir de meilleurs résultats que si vous faites vous-même les taches pour lesquelles vous n’êtes pas formés.

Changer de banque sans souci

Grâce à la loi Macron entrée en vigueur le 6 février 2017 (loi pour la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques), vous pouvez désormais changer de banque sans vous souciez de toute la lourdeur administrative qui en découle et décourageait auparavant plus d’un client.

Il n’est plus aussi rare que par le passé de vouloir changer. Désormais, les avantages sont parfois plus nombreux en partant qu’en restant (la mobilité en matière de téléphonie mobile en a été le pionnier pour le démonter).

Quel est l’objectif de la mobilité bancaire

L’objectif est de favoriser la mise en concurrence des différentes banques pour que leurs clients ne soient plus pris en otage par le découragement lié aux démarches administratives multiples à accomplir.

Pourquoi changer de banque ? Pour réduire les coûts et faire quelques économies et/ou bénéficier de services complémentaires.

Mise en pratique de la mobilité bancaire

Lorsque vous avez choisi votre nouveau partenaire bancaire, vous signez avec lui un contrat de mobilité (mandat) qui précise toutes les modalités de mise en œuvre de la mobilité. Voilà tout ce que vous aurez à faire, le reste, c’est la nouvelle banque qui s’en charge.

La nouvelle va entrer en contact avec celle que vous quittez. Cette dernière lui fournira la liste de tous les mandats de prélèvements et de virements opérés sur votre compte au cours des 13 derniers mois afin que tout soit passé au crible et éviter autant que possible les oublis.

Ainsi, la banque d’arrivée pourra informer tous les émetteurs de virements ou prélèvements actifs. Cela va de votre employeur pour que votre salaire soit correctement viré (ou caisse de retraite), aux organismes de santé (assurance maladie, mutuelle) aux fournisseurs d’énergie, de gaz, d’électricité, de téléphonie, d’Internet ou encore les services fiscaux, votre bailleur ou organismes de crédits.

Clôture du compte

Le client peut demander à ce que la clôture du compte qu’elle quitte soit également prise en charge par sa nouvelle banque. Un délai de 30 jours minimum doit être respecté (mais peut aller au-delà si le client le désire).

Si un virement ou un prélèvement arrive malgré tout sur l’ancien compte, la nouvelle banque en sera informée pour que le nécessaire soit fait et la situation régularisée.

Aujourd’hui, il est vraiment facile de changer de banque avec sérénité.

5 choses que vous devez savoir avant d’investir en bourse

Si vous êtes nouveau en bourse, vous pourriez croire que c’est  facile d’acheter des actions dans une ou plusieurs entreprises prometteuses, et d’être satisfait de votre investissement. La vérité c’est que le mot « stress » prend un tout nouveau sens quand vous entrez dans le marché boursier. Si vos actions sont en hausse, tout ira bien, mais si elles sont en baisse, vous serez probablement M. grincheux pour le reste de la journée.

La plupart des investisseurs deviennent accros au marché boursier. Ça se transforme en obsession. C’est tout ce dont veulent discuter tout le temps.

Je suppose que les opérateurs boursiers ne parviennent pas à comprendre ce principe simple: quand vous décidez d’acheter une action, il ny’a que deux possibilité qui s’offriront à vous :

• Le prix montera

• Le prix baissera

Et vous n’avez absolument aucun contrôle, ou une façon raisonnable de prédire de quelle manière le prix va changer !

Vous pensez  « Après avoir lu les témoignages des investisseurs, je ne pense pas que la bourse soit  pour moi. Ce n’est pas facile, les investissements sont tout le temps stressés ? »

Mais vous n’êtes pas entrés dans ce marché pour avoir un investissement sur et sans suspens. J’espère vraiment que vous êtes un peu plus aventureux et que vous avez  peu plus de tolérance au risque que chaque investisseur devrait prendre à un moment ou un autre.

Les fonds mutuels devraient être vos principaux investissements. Bien choisi, ils peuvent être sûrs et gagnants. Mais avant d’explorer les fonds communs de placement, nous continuerons à la négociation sur le marché boursier. Mais je vous préviens, si vous avez déjà assez de stress dans votre vie, votre solution d’investissement est  les Fonds communs de placement, et non pas des actions individuelles.

Lorsque vous commencez l’achat et la vente d’actions, vous pouvez vous retrouver sur les montagnes de la cupidité ou la peur. La cupidité quand les choses vont bien, et la peur lorsque le marché dégringole. L’espoir et le désespoir font également partie de ce cycle. Quand les émotions prennent le dessus, ça peut assombrir votre jugement et ce n’est pas du tout ce que vous voulez.

Voici 5 Conseils pour le jeune investisseur :

• Le vocabulaire boursier

La première chose à faire avant d’investir en bourse, c’est de comprendre le vocabulaire. Formez-vous ou lisez des livres, mais familiarisez-vous avec le fameux vocabulaire boursier. C’est très important.

• L’argent

N’investissez que l’argent dont vous n’avez pas besoin, ce n’est pas un risque à prendre. Rien n’est jamais stable en bourse donc ne jouez pas avec le feu.

• L’objectif

Avant de démarrer, il faut définir un objectif ; quel est le montant et la date, et qu’est ce que vous visez comme objectif précis. C’est vraiment essentiel pour éviter de vous éloigner de votre stratégie.

• Le style

Déterminez votre style de gestion

En bourse, il existe plusieurs approches très différentes. Vous pouvez être un Daily trader, toujours actif. Ou bien un Lazy trader si vous n’avez pas envie de passer vos journées devant votre ordinateur. Que ce soit une approche active ou passive, ou bien une intermédiaire entre les deux, il faut déterminer votre style d’investisseur.

• La  stratégie

Il faut choisir la stratégie qui vous corresponds et qui soit prouvée. Une stratégie qu’on a déjà testé au cours des dernières années. Y’en a qui se démarquent bien et qui peuvent s’adapter à votre style et à votre objectif d’investissement.

Comment fonctionne la bourse ?

Vous entendez souvent parler de la bourse, mais ce n’est pas pour autant que vous en comprenez le fonctionnement. En effet, la bourse est un domaine très spécifique, nécessitant des connaissances pour pouvoir s’y lancer. Dans cet article, nous vous proposons de vous faire découvrir rapidement les bases de la bourse, et notamment son fonctionnement afin que vous puissiez y voir plus clair.

Définition de la bourse

La bourse est un endroit où l’on va constamment échanger des titres. Ainsi, on peut comparer la bourse à un marché financier. Pour faire plus simple, la bourse est un endroit où les entreprises en quête de financements font des appels de fonds. Ces dernières ayant besoin de se développer vendent des parts de leur entreprise à des particuliers, des professionnels, à des investisseurs. Cela évite aux entreprises de passer obligatoirement par l’emprunt bancaire qui n’est pas toujours accepté.

Les particuliers sont les bienvenus

Contrairement à ce que l’on pense, il n’y a pas uniquement des professionnels qui investissent en bourse. En effet, il existe de nombreux particuliers qui font partie de la bourse. Cela va leur permettre d’investir leur épargne, dans l’unique but de récolter des dividendes par la suite (bénéfices). La valeur d’un titre émis par une entreprise est calculée en fonction de l’offre et la demande actuelle sur le marché. Ainsi, quotidiennement, le prix des titres peut rapidement varier.

Dans tous les cas, vous devez retenir que la bourse est un lieu d’échange financier ouvert à tous, et non pas uniquement aux professionnels. Ainsi, la bourse fait fonctionner l’économie d’un pays.

Que représente le CAC40 ?

On entend souvent parler du CAC40 en bourse. Vous pourrez constater que le CAC40 passe souvent aux informations télévisées. Le CAC40 est tout simplement l’indice représentant la bourse de Paris. Attention, cet indice n’est pas du tout un titre mais c’est la référence de la bourse. Le CAC40 regroupe les 40 entreprise ayant le plus de titres à la bourse de Paris. Le CAC40 reflète également la santé de l’économie de notre pays. Il est très important et va permettre de savoir si la bourse augmente ou diminue. Lorsque notre économie se porte bien, le CAC40 ne fait qu’augmenter.

Comment gagner de l’argent avec la bourse ?

Si de nombreux investisseurs et particuliers placent leur argent dans la bourse, c’est tout simplement dans l’unique but de gagner de l’argent. Mais comment ? Comme vous le savez, les placements doivent impérativement être réfléchis, car il est possible de tout perdre très rapidement.

En investissant un capital dans une entreprise, cela signifie que vous détenez une part de la société. Ainsi, en tant qu’actionnaire sur cette entreprise, vous allez pouvoir bénéficier d’un pourcentage sur les bénéfices réalisés au cours d’une année. C’est ce qu’on appelle de dividende.

De plus, au fil du temps, les actions que vous détenez peuvent prendre de la valeur. Ainsi, si vous désirez les vendre par la suite, vous bénéficierez à nouveau d’un autre bénéfice. Certains ne font uniquement qu’acheter et revendre leurs actions pour faire fructifier leur capital. Très malin !

Différences entre une finance corporative et une banque d’investissement

Connaître les différences entre le financement d’entreprise et la banque d’investissement est très important pour assurer le type de flux de trésorerie et les services. Celles-ci sont disponibles par l’intermédiaire de ladite société, qu’elles soient à court terme et à long terme. Dans tous les cas, la société doit souvent utiliser, soit des finances d’entreprise ou d’investissement pour acquérir les fonds.

La finance corporative

Une finance d’entreprise est spécifiquement une division d’une entreprise qui gère toutes les activités financières de l’entreprise. L’objectif du financement d’entreprise est de maximiser la valeur d’une entreprise, tout en réduisant ses risques financiers. Grâce à la branche de financement d’entreprise de la société, la société obtient l’argent dont elle a besoin pour ses produits ou services en empruntant auprès des banques. Une finance corporative prend également des décisions stratégiques sur le moment d’acquérir certains actifs et quand à payer les dettes pour maximiser les opérations. Peu importe le type d’entreprise, qu’il s’agisse d’une grande entreprise ou d’un organisme de bienfaisance plus petit, le groupe doit utiliser ces procédures spécifiques pour mettre en place des opérations financières. La plupart traitent souvent les aspects financiers de la société, mais il y a également des attributs de planification à long terme. Avec le financement des entreprises, il est en outre possible pour les différents chefs de secteurs de l’entreprise d’avoir un ensemble de rapports financiers en cours. Cette exécution permet de savoir la somme plus ou moins exacte à sa disposition et de déterminer les zones particulières de l’entreprise.

La banque d’investissement

Les banques d’investissement aident les entreprises à lever des fonds en émettant et en vendant des titres sur les marchés des capitaux. En général, elles ont pour objectif de collecter des capitaux en prenant une entreprise publique ou par le biais d’offres d’actions et d’obligations. Une banque d’investissement peut également avoir recours à des placements privés, un processus où une entreprise privée peut choisir d’emprunter une grande quantité de capital auprès des fortunés et investisseurs institutionnels. Elle est également apte à fournir des conseils sur les transactions financières, comme les fusions et les acquisitions. Nombreux offrent tout aussi des services de conseil financier. Bien qu’une entreprise puisse avoir un département de finances d’entreprise sans un service de banque d’investissement, on ne peut pas avoir de banque d’investissement sans financement d’entreprise. L’établissement collabore avec les organismes gouvernementaux et entreprises, afin de produire une plateforme financière. Cette plateforme va ainsi permettre à l’entreprise de croître et de rester financièrement stable. Les fonds peuvent cependant être des investissements par la création de stocks que les clients achètent afin d’accroître la valeur de leur entreprise.

Les professionnels en finance d’entreprise sont la clé du processus décisionnel d’une entreprise en ce qui concerne la gérance de son capital, les investissements que devrait effectuer la firme. Ils s’occupent aussi de la partie des bénéfices qui doit être restituée aux actionnaires, et s’il est logique de fusionner avec ou d’acquérir une autre entreprise. La banque d’investissement est par contre utile afin de faire croître l’entreprise et d’apporter les recettes nécessaires pour ce faire. Une finance corporative est cependant utilisée pour maintenir tous les aspects financiers d’une entreprise, de le maintenir à la croissance de la taille de l’entreprise.

Opter pour le PEL pour un placement de plus de 4 ans

Si vous avez la certitude de vouloir faire un placement de vos liquidités dans 4 ou 5 ans, le meilleur choix serait d’opter pour une épargne à longue durée. Cette dernière présente un risque très faible, mais avec un meilleur rendement. Ce type d’épargne présente cependant un inconvénient : la liquidité est généralement moindre.

Avant, les assurances vie ou fonds en euros ont été priorisés en termes de placement sur le long terme. Ce type de placement fait encore partie des incontournables de par le fait qu’en 2011 par exemple, ce type de placement a généré entre 2,5 et 4,15 % d’intérêt. C’est une solution assez attrayante à condition que vous ayez prévu un contrat de plus de 8 ans. Effectivement, vous pouvez profiter d’une exonération d’impôt sur les intérêts générés lors d’un rachat partiel ou total ces derniers sont en dessous de 4 600 € pour un individu et de 9 200 € pour un couple. Cependant, il faut acquitter les prélèvements sociaux qui présentent actuellement un taux de 13,50 %.

Le PEL ou Plan d’épargne logement est favorable pour un projet immobilier

Vous pouvez ouvrir un PEL dans toutes les banques à raison d’un seul plan par personne. Pour ouvrir un compte PEL, vous devez d’abord verser 225 € puis 540 € par an au minimum pendant les 4 premières années. Cette somme revient donc à un versement de 45 € par mois. Le plafond de versement pour un PEL est limité à 61 200 €. Le taux de rémunération du plan établi sera fixé une fois que la souscription est faite. Ce taux est actuellement de 2,5 % par an et si au terme du plan, vous contractez un crédit logement d’au moins 5 000 €, vous pourriez bénéficier d’une prime d’état plafonné à 1 000 € ou à 1 525 € pour le financement d’un logement écologique. Le seul inconvénient du plan d’épargne logement, c’est que dans le cas où celui qui a fait l’épargne aurait besoin de son argent, il se retrouve dans l’obligeance de fermer son épargne. Il ne peut alors bénéficier des primes d’état et le rendement est insignifiant.

Investir efficacement dans un logement neuf à but locatif

Les investisseurs font toujours l’objet de flatterie des promoteurs en loi Pinel qui mettent des jolis appartements en avant ou qui surévaluent les atouts fiscaux de ce dispositif. Il ne faut, cependant, pas, se laisser influencer par de telles méthodes et toujours garder la qualité de la construction, l’emplacement du programme et le sérieux du promoteur dans l’objectif avant de vous lancer.

Faites un examen sur terrain pour le choix du programme

Faire la sélection de bien mis en vente en l’état futur d’achèvement c’est-à-dire sur le plan n’est pas chose facile. Avant de faire un quelconque placement, commencez par consulter les informations sur les projets des promoteurs sur internet. Il ne faut pas non plus hésiter à faire la visite de leurs anciennes réalisations pour s’assurer de la qualité de la construction. Lorsqu’une offre retient votre attention, découvrez les détails techniques sur le dossier dans la bulle de vente où vous pouvez aussi accéder sur la maquette de l’appartement-témoin et le permis de construire. Ne manquez également pas de faire une descente sur le terrain pour vérifier si le quartier est vraiment attractif comme le dit le promoteur.

Pesez le pour et le contre des avantages fiscaux avant tout engagement

Vous pouvez bénéficier d’une réduction d’impôt de 12, 18 ou de 21 % sur l’achat d’un logement locatif dans la limite de 300.000 € et de 5.500 € par m² selon la période où vous aller louer votre bien (9, 10 ou 12 ans). Vous ne devez cependant, pas vous laisser éblouir par la loi Pinel et ses beaux atouts fiscaux, car les économies qu’ils génèrent ne vont peut-être pas être suffisantes pour la justification de votre achat. En effet, vous devez d’abord comparer l’avantage fiscal accordé avec le manque à gagner qu’il peut en déduire, année après année. Il vous faut savoir que les plafonds de loyers exigés sont souvent inférieurs à ceux du marché de 10 à 15 %. Inutile de vous lancer dans un investissement immobilier à but locatif si à terme, cette différence ne sera pas compensée par le gain d’impôt. Il ne faut pas non plus, oublier d’intégrer le surplus d’impôts dus aux loyers encaissés dans votre calcul.

Booster le rendement de vos placements cette année

Si la bourse et la finance sont deux termes qui ne vous disent que des choses vagues, doper le rendement de vos placements doit cependant vous être familier et le sujet vous intéresser certainement. Découvrez alors comment optimiser le rendement de vos placements pour cette année 2017.

Réduisez les frais de vos gains

Une importante partie des gains nets que vous percevez dépend notamment des commissions prélevées par votre banque. Tous les ans, les rendements servis ne cessent de réduire grâce à la baisse des taux d’intérêt. Cependant, les frais prélevés par les banques restent les mêmes et si vous faites le bilan sur par exemple, 5 ans, l’écart de performance qui est généré par les seuls frais avoisine les 25 %. Pour réduire cet écart, passer à la gestion en ligne présente un réel avantage, car vous vous débarrassez par exemple des frais d’entrée sur la plupart des fonds concernant les PEA. Vous jouirez également d’une réduction de frais pour votre assurance vie, car vous aurez 0 % de frais d’entrée et d’arbitrage, 0 % sur les versements, frais de gestion de 0,60 % à 0,85 % par an.

Diversifiez votre assurance-vie grâce aux unités de compte

Constater la baisse du rendement de son Assurance-vie est assez frustrant, car en 2000, ce rendement était par exemple plus de 5 % contre 2.3 % en 2015 et 1.95 % l’année dernière. Cette année, il est temps de réagir face à cette baisse des fonds euros en basculant vos placements vers un contrat multi support. Commencez par respecter son profil d’investisseur et soyez prudent en ne consacrant pas plus de 25 % de ses placements à des unités de compte. Un profil équilibré peut y faire une allocation jusqu’à 50 % et jusqu’à 75 % pour un profil dynamique.

Profitez des avantages des enveloppes fiscales (PEA et PEA-PME)

Il est toujours possible de booster le rendement de son placement en profitant des avantages des enveloppes fiscales telles que le PEA et le PEA-PME. Ces dernières permettent par exemple à un couple de faire un placement de 450.000 € en Bourse hors impôts, le PEA étant plafonné à 150.000 € par contribuable, soit 300.000 € pour un couple et le PEA-PME plafonnés à 75.000 € par contribuable, soit 150.000 € pour un couple. Privilégiez les fonds SICAV et FCP plutôt que les actions pour l’investissement de vos PEA et bénéficiez d’une réduction de frais pour votre Assurance Vie (0 % de frais d’entrée et d’arbitrage, 0 % sur les versements, frais de gestion de 0,60 % à 0,85 % par an).

Pourquoi faire appel à un planificateur financier ?

Vous souhaitez diversifier votre patrimoine, mais vous ne savez pas qui contacter pour vous guider et pour vous aider à mieux gérer vos ressources financières. Pourquoi ne pas faire appel à un planificateur financier ? Dans la suite de cet article, vous allez découvrir les diverses prestations proposées par cet expert en finance.

Continue reading Pourquoi faire appel à un planificateur financier ?

Qu’est-ce qu’un négociateur en bourse ?

Le marché boursier fait intervenir plusieurs métiers, notamment le trader et le négociateur en bourse. Ce dernier travaille pour le compte d’un investisseur et réalise les diverses transactions boursières que ce dernier lui demande. Dans la suite de cet article, vous allez découvrir plus de détails sur le métier de négociateur en bourse.

Continue reading Qu’est-ce qu’un négociateur en bourse ?