Investir efficacement dans un logement neuf à but locatif

Les investisseurs font toujours l’objet de flatterie des promoteurs en loi Pinel qui mettent des jolis appartements en avant ou qui surévaluent les atouts fiscaux de ce dispositif. Il ne faut, cependant, pas, se laisser influencer par de telles méthodes et toujours garder la qualité de la construction, l’emplacement du programme et le sérieux du promoteur dans l’objectif avant de vous lancer.

Faites un examen sur terrain pour le choix du programme

Faire la sélection de bien mis en vente en l’état futur d’achèvement c’est-à-dire sur le plan n’est pas chose facile. Avant de faire un quelconque placement, commencez par consulter les informations sur les projets des promoteurs sur internet. Il ne faut pas non plus hésiter à faire la visite de leurs anciennes réalisations pour s’assurer de la qualité de la construction. Lorsqu’une offre retient votre attention, découvrez les détails techniques sur le dossier dans la bulle de vente où vous pouvez aussi accéder sur la maquette de l’appartement-témoin et le permis de construire. Ne manquez également pas de faire une descente sur le terrain pour vérifier si le quartier est vraiment attractif comme le dit le promoteur.

Pesez le pour et le contre des avantages fiscaux avant tout engagement

Vous pouvez bénéficier d’une réduction d’impôt de 12, 18 ou de 21 % sur l’achat d’un logement locatif dans la limite de 300.000 € et de 5.500 € par m² selon la période où vous aller louer votre bien (9, 10 ou 12 ans). Vous ne devez cependant, pas vous laisser éblouir par la loi Pinel et ses beaux atouts fiscaux, car les économies qu’ils génèrent ne vont peut-être pas être suffisantes pour la justification de votre achat. En effet, vous devez d’abord comparer l’avantage fiscal accordé avec le manque à gagner qu’il peut en déduire, année après année. Il vous faut savoir que les plafonds de loyers exigés sont souvent inférieurs à ceux du marché de 10 à 15 %. Inutile de vous lancer dans un investissement immobilier à but locatif si à terme, cette différence ne sera pas compensée par le gain d’impôt. Il ne faut pas non plus, oublier d’intégrer le surplus d’impôts dus aux loyers encaissés dans votre calcul.