Opter pour le PEL pour un placement de plus de 4 ans

Si vous avez la certitude de vouloir faire un placement de vos liquidités dans 4 ou 5 ans, le meilleur choix serait d’opter pour une épargne à longue durée. Cette dernière présente un risque très faible, mais avec un meilleur rendement. Ce type d’épargne présente cependant un inconvénient : la liquidité est généralement moindre.

Avant, les assurances vie ou fonds en euros ont été priorisés en termes de placement sur le long terme. Ce type de placement fait encore partie des incontournables de par le fait qu’en 2011 par exemple, ce type de placement a généré entre 2,5 et 4,15 % d’intérêt. C’est une solution assez attrayante à condition que vous ayez prévu un contrat de plus de 8 ans. Effectivement, vous pouvez profiter d’une exonération d’impôt sur les intérêts générés lors d’un rachat partiel ou total ces derniers sont en dessous de 4 600 € pour un individu et de 9 200 € pour un couple. Cependant, il faut acquitter les prélèvements sociaux qui présentent actuellement un taux de 13,50 %.

Le PEL ou Plan d’épargne logement est favorable pour un projet immobilier

Vous pouvez ouvrir un PEL dans toutes les banques à raison d’un seul plan par personne. Pour ouvrir un compte PEL, vous devez d’abord verser 225 € puis 540 € par an au minimum pendant les 4 premières années. Cette somme revient donc à un versement de 45 € par mois. Le plafond de versement pour un PEL est limité à 61 200 €. Le taux de rémunération du plan établi sera fixé une fois que la souscription est faite. Ce taux est actuellement de 2,5 % par an et si au terme du plan, vous contractez un crédit logement d’au moins 5 000 €, vous pourriez bénéficier d’une prime d’état plafonné à 1 000 € ou à 1 525 € pour le financement d’un logement écologique. Le seul inconvénient du plan d’épargne logement, c’est que dans le cas où celui qui a fait l’épargne aurait besoin de son argent, il se retrouve dans l’obligeance de fermer son épargne. Il ne peut alors bénéficier des primes d’état et le rendement est insignifiant.

Investir efficacement dans un logement neuf à but locatif

Les investisseurs font toujours l’objet de flatterie des promoteurs en loi Pinel qui mettent des jolis appartements en avant ou qui surévaluent les atouts fiscaux de ce dispositif. Il ne faut, cependant, pas, se laisser influencer par de telles méthodes et toujours garder la qualité de la construction, l’emplacement du programme et le sérieux du promoteur dans l’objectif avant de vous lancer.

Faites un examen sur terrain pour le choix du programme

Faire la sélection de bien mis en vente en l’état futur d’achèvement c’est-à-dire sur le plan n’est pas chose facile. Avant de faire un quelconque placement, commencez par consulter les informations sur les projets des promoteurs sur internet. Il ne faut pas non plus hésiter à faire la visite de leurs anciennes réalisations pour s’assurer de la qualité de la construction. Lorsqu’une offre retient votre attention, découvrez les détails techniques sur le dossier dans la bulle de vente où vous pouvez aussi accéder sur la maquette de l’appartement-témoin et le permis de construire. Ne manquez également pas de faire une descente sur le terrain pour vérifier si le quartier est vraiment attractif comme le dit le promoteur.

Pesez le pour et le contre des avantages fiscaux avant tout engagement

Vous pouvez bénéficier d’une réduction d’impôt de 12, 18 ou de 21 % sur l’achat d’un logement locatif dans la limite de 300.000 € et de 5.500 € par m² selon la période où vous aller louer votre bien (9, 10 ou 12 ans). Vous ne devez cependant, pas vous laisser éblouir par la loi Pinel et ses beaux atouts fiscaux, car les économies qu’ils génèrent ne vont peut-être pas être suffisantes pour la justification de votre achat. En effet, vous devez d’abord comparer l’avantage fiscal accordé avec le manque à gagner qu’il peut en déduire, année après année. Il vous faut savoir que les plafonds de loyers exigés sont souvent inférieurs à ceux du marché de 10 à 15 %. Inutile de vous lancer dans un investissement immobilier à but locatif si à terme, cette différence ne sera pas compensée par le gain d’impôt. Il ne faut pas non plus, oublier d’intégrer le surplus d’impôts dus aux loyers encaissés dans votre calcul.

Booster le rendement de vos placements cette année

Si la bourse et la finance sont deux termes qui ne vous disent que des choses vagues, doper le rendement de vos placements doit cependant vous être familier et le sujet vous intéresser certainement. Découvrez alors comment optimiser le rendement de vos placements pour cette année 2017.

Réduisez les frais de vos gains

Une importante partie des gains nets que vous percevez dépend notamment des commissions prélevées par votre banque. Tous les ans, les rendements servis ne cessent de réduire grâce à la baisse des taux d’intérêt. Cependant, les frais prélevés par les banques restent les mêmes et si vous faites le bilan sur par exemple, 5 ans, l’écart de performance qui est généré par les seuls frais avoisine les 25 %. Pour réduire cet écart, passer à la gestion en ligne présente un réel avantage, car vous vous débarrassez par exemple des frais d’entrée sur la plupart des fonds concernant les PEA. Vous jouirez également d’une réduction de frais pour votre assurance vie, car vous aurez 0 % de frais d’entrée et d’arbitrage, 0 % sur les versements, frais de gestion de 0,60 % à 0,85 % par an.

Diversifiez votre assurance-vie grâce aux unités de compte

Constater la baisse du rendement de son Assurance-vie est assez frustrant, car en 2000, ce rendement était par exemple plus de 5 % contre 2.3 % en 2015 et 1.95 % l’année dernière. Cette année, il est temps de réagir face à cette baisse des fonds euros en basculant vos placements vers un contrat multi support. Commencez par respecter son profil d’investisseur et soyez prudent en ne consacrant pas plus de 25 % de ses placements à des unités de compte. Un profil équilibré peut y faire une allocation jusqu’à 50 % et jusqu’à 75 % pour un profil dynamique.

Profitez des avantages des enveloppes fiscales (PEA et PEA-PME)

Il est toujours possible de booster le rendement de son placement en profitant des avantages des enveloppes fiscales telles que le PEA et le PEA-PME. Ces dernières permettent par exemple à un couple de faire un placement de 450.000 € en Bourse hors impôts, le PEA étant plafonné à 150.000 € par contribuable, soit 300.000 € pour un couple et le PEA-PME plafonnés à 75.000 € par contribuable, soit 150.000 € pour un couple. Privilégiez les fonds SICAV et FCP plutôt que les actions pour l’investissement de vos PEA et bénéficiez d’une réduction de frais pour votre Assurance Vie (0 % de frais d’entrée et d’arbitrage, 0 % sur les versements, frais de gestion de 0,60 % à 0,85 % par an).