Les nouvelles règles de l’auto-entrepreneuriat en France

Pour sortir du chômage, la majorité des particuliers optent pour l’auto-entrepreneuriat. À cause de la crise de l’emploi, ce domaine bat d’ailleurs son plein en France ces dernières années. Il faut dire qu’il présente énormément d’avantages. Travailler à votre compte vous permet entre autres de mieux gérer votre emploi du temps. Vous aurez un meilleur équilibre entre vies personnelle et professionnelle. Mais attention, quelques changements ont été apportés dans ce domaine.

Une identification dans les registres

Désormais, vous devez avoir une carte professionnelle pour vous targuer d’être un auto-entrepreneur. Vous devez donc vous enregistrer auprès des autorités. Vous obtiendrez un certificat. Pour rappel, un auto-entrepreneur est une personne qui travaille seul. Il dirige son activité tout en exécutant lui-même les tâches.

L’auto-entrepreneur devra des taxes sur ses revenus. Afin de permettre un meilleur suivi de leur activité, la loi leur impose d’avoir un numéro NIF et statistique. Ces démarches sont à la portée de tout le monde. Il suffit d’une demande. Mais vous pouvez aussi vous faire accompagner par un conseiller juridique si l’envie vous en prend.

Un compte bancaire professionnel obligatoire

Depuis quelques années, les auto-entrepreneurs doivent également avoir un compte bancaire professionnel. Elle doit être différente des comptes courants personnels. Cela permettra une meilleure gestion comptable de l’activité.

Les banques professionnelles posent des packs de prestations différentes pour les auto-entrepreneurs. Les frais de souscription à un compte professionnel sont différents. Et les droits qui en découlent le sont également. Avec un compte professionnel, vous profiterez d’un accompagnement minutieux dans la gestion de votre activité. En outre, vous aurez aussi une carte de retrait professionnel. Les transactions courantes seront gratuites via cette carte. Ce peut être les retraits, les versements et même les virements.

Un plafond de chiffre d’affaires imposé

Ce n’est pas véritablement une nouveauté. Le plafond de chiffre d’affaires a été imposé depuis 2017 pour les auto-entrepreneurs. Si vous comptez vous lancer dans la vente de marchandise, ce sera de 170 000 euros. Ce chiffre s’applique également pour les prestations hébergement. Les loueurs meublés font aussi partie des auto-entrepreneurs. Si vous proposez par contre des prestations de service, vous ne devrez avoir que 70 000 euros de bénéfices annuels. Il en sera de même pour les services d’ordre intellectuels. Ce peut être par exemple les prestations de consultant ou d’analyste, etc. Le cas échéant, vous ne pourriez pas profiter du statut d’auto-entrepreneur.

Ce sont cependant des bénéfices hors taxes. Vous devez déclarer vos revenus annuels avec des justificatifs auprès du fisc. Cet organisme se basera sur ces données pour calculer votre niveau d’imposition. Sachez que les bénéfices professionnels ne sont nullement déductibles.