Made in France : kézako ?

L’État français encourage les citoyens à privilégier les produits made in France. Cela apporte non seulement un impact au niveau de l’économie, mais aussi au niveau de la vente du produit. Alors, qu’est-ce qu’un produit made in France ? Et comment le reconnaître ?

 

Qu’est-ce que le made in France ?

Le « Made in » est un terme utilisé dans le commerce national et surtout international. Il désigne un marquage sur les produits fabriqués par un pays. Pour la France, il s’agit du « Made in France ».

L’apposition d’un made in France n’est pas obligatoire, sauf pour les produits alimentaires. Néanmoins, cela peut valoriser les produits. En effet, le fait de mettre ce sigle sur l’étiquette du produit peut entraîner des impacts positifs sur la vente et la demande de celui-ci. D’ailleurs, le made in France fait partie des meilleurs produits dans le monde, en termes de qualité.

Il est à noter qu’un produit made in France n’est pas exclusivement fabriqué en France. Il existe certains outils, élaborés à l’étranger, mais dont au moins 45 % de la transformation sont réalisées en France. De ce fait, ils peuvent appartenir au label français.
Par ailleurs, le ministère de l’Économie nationale encourage les citoyens à acheter des produits made in France. Cela apporte un accroissement au niveau des ressources de l’État. De même, il incite aussi les entreprises et industries de toutes sortes, d’apposer leurs produits dans le label français. Néanmoins, cette souscription s’accompagne de certaines conditions.

Quelles sont les conditions du made in France ?

Pour pouvoir mentionner le « made in France », de nombreuses règles doivent être respectées.
Il faut respecter le principe d’origine non préférentielle. Cela intervient lorsque le processus de fabrication du produit est effectué dans plusieurs pays. La nationalité devient donc assez floue. Pour la connaître, il faut se tourner sur le pays où a lieu la dernière transformation. Le produit prend alors, l’origine de ce pays. Par exemple, si un tissu a été acheté en Chine, mais qu’il a été assemblé en France, alors il pourra avoir la mention « made in France ».
Mais cette détermination ne suffit pas. L’entreprise souhaitant mentionner le sigle doit également respecter le code de la douane française. De plus, les matières premières et composants importés de l’extérieur doivent être limités.

 

Qu’est-ce qu’on entend par label de confiance ?

Les règles en matière d’inscription de « made in France » sont insuffisantes. En plus, elles peuvent être facilement contournées. Pour y remédier, plusieurs labels ont été créés. Ces derniers travaillent pour favoriser le « made in France ». Les produits entrant dans un label doivent prendre ses caractéristiques essentielles en France et acquérir les 50 % du prix de revient unitaire en France.