Bilan de compétence : comment se préparer à ses séances ?

Un bilan de compétences constitue un concept très convoité par les Français, quel que soit leur âge. Son recours est très indispensable pour la mise au point de sa carrière et de ses compétences, dans la recherche de l’emploi idéal. Il est à noter que sa réussite varie d’un demandeur à l’autre, particulièrement sa préparation.

La recherche du financement du bilan de compétences

Pour le coût du bilan de compétences, on doit se préparer de 1 500 € à 2 000 €. Pour la plupart des bénéficiaires, le financement de ce dispositif de formation nécessite l’usage de ses propres moyens. À l’inverse, il est tout aussi possible de recourir au CPF (Compte Personnel de Formation). En effet, cela constitue un droit dans l’acquisition de nouvelles compétences professionnelles. En créditant un compte CPF, on peut assurer la couverture du bilan. Avant tout, il faut rassurer que le financement soit suffisant. Sinon, on peut recourir à l’aide de l’entreprise employeur. Une autre alternative constitue l’envoi d’une demande à Pôle Emploi pour financer une partie du coût lié au bilan.

Par ailleurs, on peut notamment solliciter le financement du bilan de compétences au sein du Fongecif. Ce dernier peut financer partiellement ou intégralement les frais.

La recherche du centre adéquat du bilan de compétences

La demande du bilan de compétences a connu une forte augmentation, depuis ces dernières années. Cela se traduit par l’accroissement du nombre de centres de bilan de compétences, sur le marché. Le nombre important de centres complique alors le choix de l’établissement idéal pour un bénéficiaire. Afin de garantir son efficacité, ce dernier doit se tourner vers un centre habilité. En principe, il doit être accrédité par Fongecif ou OPCA. Ce sont des organismes paritaires interprofessionnels que l’État a accrédités.

Afin de trouver le centre adéquat, certains sites Internet fournissent une liste de centres de formation habilités par ces organismes. De toute manière, la mention de cette accréditation est nécessaire dans la demande du financement. Lors de la sélection du centre, il est indispensable de s’informer sur les méthodes de travail du centre, en particulier la composition de chaque phase.

L’identification des objectifs du bilan de compétences

Dans la prévention de la déception sur sa réalisation, il est impératif d’identifier les objectifs de la pratique du bilan de compétences. Une mauvaise vision de sa pratique est plus susceptible de mener à la déception totale. Certains bénéficiaires ont, par exemple, l’idée fausse de penser que ce concept constitue un outil de psychothérapie. En réalité, c’est un dispositif, permettant à la définition d’un projet professionnel ou d’une carrière professionnelle, selon les aptitudes et les motivations. C’est un outil très efficace dans la prise d’un nouveau départ d’une carrière professionnelle. Cela peut s’agir d’une reconversion ou d’une évolution interne.

La pratique d’un bilan de compétences requiert l’implication d’une mise au point sur les compétences professionnelles ainsi que les inspirations. En bref, il est conçu spécifiquement pour mieux se connaître et mieux se positionner dans son projet professionnel.

Le choix du moment approprié pour ses séances de bilan de compétences

Afin de profiter du meilleur parti du bilan, il faut faire preuve d’une grande disponibilité. En effet, on doit investir son temps et ses efforts, de façon régulière. Pour une meilleure précision, la pratique du bilan de compétences n’est pas recommandée, lors d’une forte période d’activités professionnelles ou personnelles. Sa réalisation dans un contexte rude est susceptible de mener à une erreur, ce qui risque de porter préjudice. Dans une telle situation, il vaut mieux reporter les séances dans un contexte moins empressé. Ainsi, la réalisation des démarches se fait dans la sérénité, dans le calme et sur une base solide.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*