Les conditions notamment de travail dans lesquelles évoluent les frontaliers sont assez spéciales, car elles ne sont pas les mêmes que pour la Suisse. C’est notamment important de se pencher sur la question du 3ème pilier, qui leur est nécessaire s’ils souhaitent bénéficier de conditions de retraite qui soient financièrement viables.

Le 3ème pilier pour la retraite des frontaliers

Le fait de travailler en Suisse va faire bénéficier à une personne frontalière du droit au 1er pilier et au 2ème pilier. Ceux-ci vont l’aider à progressivement constituer ce qui lui permettra de passer une retraite pendant laquelle il va toucher un fond de pension. En revanche, ces deux premiers piliers sont généralement considérés comme non suffisants pour bien vivre. Ceux-ci ne composent que 60% du plan retraite d’une personne en Suisse, le tout étant comblé par le 3ème pilier.

Se tourner vers cette option est une nécessité pour les frontaliers si ceux-ci ont envie de disposer de finances suffisantes une fois l’âge de la retraite atteint. Il est donc question de cotiser pour une prévoyance supplémentaire, mais cela en vaut largement la peine. Il tient juste à vous de trouver un contrat qui soit avantageux pour vous, que celui-ci soit conclu avec une assurance ou via une banque.

Qu’implique le 3ème pilier ?

Afin d’inciter les individus à souscrire au 3ème pilier, la confédération met en place un système de déduction d’impôts. Celui-ci sera à la hauteur de votre prime dans la limite d’un plafond qui est révisé une fois tous les deux ans. Il est bon de noter que la souscription à un 3ème pilier n’est faisable que si on pratique une activité qui soit de nature lucrative, soit qui rapporte des capitaux. Parmi les concernés, on peut donc faire mention des salariés, mais aussi des travailleurs indépendants.

Le fait de souscrire à un 3ème pilier pour les frontaliers est un excellent filet de sauvetage financier pour la retraite. La possibilité de bénéficier d’une déduction d’impôts contribue grandement à alléger les dépenses qu’on a à faire si on contracte un 3ème pilier. Celle-ci va être directement effective sur l’impôt sur les revenus de l’année en cours. En outre, une révision à la hausse du plafond a été instaurée pour 2021, et vous aurez ainsi une déduction d’impôts plus importante. Cela signifie encore plus d’argent mis de côté.

S’assurer une bonne retraite en tant que frontalier

La retraite peut sembler être encore bien loin, mais en un rien de temps, elle sera là, aussi, le mieux est d’y songer dès à présent. En outre, la situation de frontalier est assez particulière, si bien qu’on doit prendre plusieurs mesures :

  • Faire des estimations correctes des revenus qu’on peut espérer pour la retraite
  • Préparer l’acquisition d’un bien immobilier où loger
  • Tirer profit au mieux du système de préparation de la retraite en Suisse
  • Optimiser vos impôts pour économiser un maximum

Si vous faites en sorte de bien vous organiser, vous serez en mesure de bien réussir ces diverses tâches.